octobre 23, 2018

Vous connaissez bien les compléments alimentaires ?

Les compléments alimentaires connaissent une forte croissance en Europe et en France en particulier. Bien avant, ce constat était déjà le cas aux USA dont les habitants sont des consommateurs qui devraient être avis. En effet, la plupart des américains ont des compléments dans leur armoire à pharmacie ou le placard de la cuisine à tout instant. Mais connaissent-ils mieux que nous leurs vertus et les règles de mise en circulation ?

Les américains, rois des compléments alimentaires

Plus des trois quarts des adultes américains ont pris un complément alimentaire l’an dernier, selon le Center for Responsible Nutrition’s 2017 Annual Survey on Dietary Supplements. C’est bien évidemment un chiffre qui n’a jamais été aussi haut et cela ne va pas s’arrêter là.

Les gens se concentrent de plus en plus sur leur santé, explique Holly Herrington, diététiste professionnelle au Northwestern Medicine Center for Lifestyle Medicine. Les gens accordent plus d’attention à leurs choix alimentaires, améliorent leur régime alimentaire et essaient d’améliorer leur santé et leur longévité. De plus, pour ce faire, ils recherchent de plus en plus des solutions qu’ils perçoivent comme étant naturelles ou supposées naturelles, dit-elle.

Bien que la prise d’un complément alimentaire approprié, dans les bonnes circonstances et aux bonnes doses, puisse certainement aider à fournir à votre corps les nutriments dont il a besoin pour une santé optimale, les idées fausses sont courantes.  Voici deux idées fausses répandues aux états unis sur les compléments alimentaires.

Les compléments alimentaires sont analysés à posteriori

Aux USA, l’autorité compétente en matière de compléments alimentaires est la Food and Drug Administration (FDA). Les américains pensent que la FDA approuve tous les compléments alimentaires avant leur mise sur le marché, mais ce n’est pas le cas. « Les compléments n’ont pas besoin d’être approuvés sûrs par la FDA « , déclare Dena Champion, diététiste professionnelle au Wexner Medical Center de l’Ohio State University. En fait, le rôle de la FDA a lieu une fois que le complément est sur le marché. Les fabricants de compléments alimentaires sont tenus de signaler les effets indésirables à la FDA, qui peut ensuite prendre des mesures. Un exemple est l’éphédra, qui a été retiré du marché après que des effets indésirables graves eurent été signalés.

Bien trop souvent ce sont les consommateurs qui signalent les effets indésirables sur la santé.

Mais comment cela se passe-t-il en France ? Faites un premier en apprenant plus sur nos compléments alimentaires dans cet article.

Dans l’ensemble, les compléments sont plus sûrs qu’il y a 20 ans, mais il faut rester attentif.

Tout le monde n’a pas besoin de compléments alimentaires

La plupart des adultes peuvent combler tous leurs besoins grâce à une alimentation saine et équilibrée, pleine de fruits, de légumes, de protéines maigres et de grains entiers, explique Mme Herrington. Cependant, dans les cas de carence qui ne peuvent être résolus par la seule alimentation, la prise des vitamines et minéraux spécifiques dans concernant la carence dont vous souffrez peut aider à combler ces fameuses carences.

La prise doit être adaptée et personnalisée en fonction de vos analyses sanguines, de vos antécédents médicaux, de vos antécédents familiaux, explique la diététiste professionnelle. Par exemple, de nombreux médicaments contre le cholestérol abaissent les niveaux d’un antioxydant incroyablement important connu sous le nom de CoQ10 dans notre corps. Ce qui explique que les médecins commencent à suggérer une prise de compléments chez les patients qui prennent un médicament entrainant des carences ou réduisant la capacité de l’organisme à absorber un nutriment donné.

Pour être certain de ce que vous prenez, il est donc recommandé de consulter votre médecin traitant en amont.